Augmentation des prix des produits de grande consommation : La CCVC hausse la voix Spécial

mardi, 27 avril 2021 20:34 Écrit par  Sibila DABILGOU/Infobf.net Publié dans Société

La Coalition de lutte contre la vie chère CCVC était face à la presse ce mardi 27 avril 2020 à Ouagadougou, pour faire l’état des lieux des prix des denrées alimentaires jugés très exorbitants. Cette conférence de presse a été animée principalement par Dominique Yaméogo, président de la CCVC/section Boulmiougou, celui de la section Nongr-massom, Gombila Kaboré, et Karim Ouédraogo, membre de la CCVC/ Boulmiougou.

L’augmentation des prix des produits de premières nécessité ne passe pas inaperçue devant la CCVC. Quelques mois après les élections présidentielles et législatives, les promesses électorales font place à la détresse des populations, soutiennent les conférenciers.

De l’augmentation des prix des produits de premières nécessité tels le riz, mais, mil, sorgho, sucre, huile, haricot etc. s’ajoute la hausse des prix des hydrocarbures à hauteur de 10 francs et celui de la bouteille du gaz à hauteur de 500 francs.  « Cette énième hausse laisse voir le peu d’intérêt du pouvoir MPP face à la misère des populations des villes et des campagnes », indique Dominique Yaméogo, président CCVC/Boulmiougou.

De la cherté de l’eau et de l’énergie en passant par la celle du coût du loyer, beaucoup de burkinabè peinent à joindre les deux bouts avec un SMIG qui campe à 33139 francs. Cela ajouté aux problèmes fondamentaux déjà cités, la CCVC martèle que le coût de la vie est extrêmement chère au pays des hommes intègres. Selon toujours cette coalition, « la gouvernance actuelle laisse entrevoir un lendemain empreint de misère, de famine et de l’insécurité au regard de la montée fulgurante de la corruption et du favoritisme ».

Elle appelle alors les populations des villes et campagnes du Burkina Faso à s’organiser afin de réaliser l’unité de lutte à la base. Aussi, la CCVC dénonce « la politique antisociale du gouvernement MPP et alliés », interpelle le gouvernement sur la question de la flambée des prix des produits de grande consommation, la vie chère en général et appelle les populations de la ville à renforcer les CCVC des anciens arrondissements.

Ce renforcement voulu est pour permettre aux tructures d'être fortes afin de pouvoir exiger des autorités la prise en compte effective de leurs préoccupations pressantes dont la vie chère qui ne saurait faire l’objet de simple slogans de campagne pour se faire élire président, député ou maire et après, abandonner les populations à leurs sorts, contribuer avec les différentes composantes du peuple, à la réalisation d’un mouvement d’unité populaire pour un changement révolutionnaire en faveur du peuple.

 

Sibila DABILGOU

Infobf.net  

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.