Liberté de la presse au Burkina Faso : Des professionnels de médias s’expriment sans langue de bois Spécial

lundi, 03 mai 2021 18:09 Écrit par  Salamata NIKIEMA/ Infobf.net Publié dans Société

Dans le classement mondial 2020 de « Reporter sans frontière » sur l'Etat des lieux de la liberté de la presse dans différents pays, le Burkina Faso occupe la première place en Afrique francophone. Si certains professionnels des médias pensent qu’il y a une avancée significative, d’autres s’appesantissent sur les derniers manquements à cette liberté de la presse à travers les menaces de mort de certains confrères, pour s’en inquiéter sérieusement. Infobf.net a recueilli des propos de quelques professionnels de médias. Lisez plutôt !

Rufin Paré, Secrétaire général du SYNATIC, section Sidwaya

mt-lp-2-mec-sidwaya

« Quand on parle de la liberté de la presse au Burkina Faso, en toute modestie gardée pour ne pas glisser dans l’autosatisfaction, il y a une raison de se réjouir. Lorsqu’ on observe dans la sous-région, on peut dire qu’au Burkina Faso, il y a de l’amélioration. Vous savez, quand vous avez un acquis, ce n’est pas définitif. C’est pourquoi, il faut toujours veiller pour faire en sorte que cette liberté que nous avons acquise par le biais de hautes luttes, surtout avec le combat mené par Norbert Zongo, soit préservée. Vous avez vu au Burkina Faso, il y a des journalistes qui ont été menacé dans l’exercice de leur profession, mais, l’essentiel est qu’il faut chercher à aller de l’avant, parce qu’on est 37e sur  le plan mondial, donc il faut encore persévérer. »

Sidiki Dramé, membre du Comité de pilotage du Centre de presse Norbert Zongo

mt-lp-3-sidiki

« La liberté de la presse sur le plan du classement de Reporter sans frontière, le Burkina Faso est plus au moins bien placé de même du coté continental. En termes d’appréciation, le plan extérieur, des observateurs qui veillent sur l’état de la liberté ne doit pas cacher les libertés. Il faut dire que depuis 2019, nous avons senti un recul sur la liberté de la presse avec les nouvelles dispositions introduites dans le code pénal  et qui prive pratiquement les citoyens du droit à l’information concernant la situation sécuritaire. Par exemple, les attaques terroristes et les conflits, les journalistes comme les citoyens sont interdits d’en parler en temps réel. Nous considérons ça comme un recul. »

Rabiatou Simporé, journaliste aux Editions Sidwaya

mt-lp-5-go-sidwaya

« En ce qui concerne l’état des lieux de la liberté de la presse au Burkina 2020, le rapport de reporter sans frontière mentionne que  le Burkina occupe la première place en Afrique francophone contrairement à l’année dernière. Je pense que cette place est due au fait qu’il y a du travail abattu sur le terrain en matière de défense de la liberté d’expression et de presse au Burkina. Ce n’est pas parce qu’on a eu une place qu’il faut occulter le fait que subsistent toujours des violations des droits des journalistes, notamment avec l’adoption du nouveau code pénal en 2019, qui fait que les journalistes se sont désengagés de la couverture de tout ce qui est actualité en lien  avec le terrorisme. Il faut également reconnaitre qu’il y a des journalistes qui sont  trainés devant les tribunaux : le  dernier en date, est le cas du journal le reporter et du journaliste Ladji Bama avec le MPP. Il faut signaler qu’il y a aussi le cas de notre confrère Séry Baoula de la radio nationale dont le domicile a essuyé des tirs. » 

Guézouma Sanogo, Président de l’Association des journalistes du Burkina (AJB)

mt-lp-4-guezouma

« Entre 2019 et 2020, il y a une légère inflexion.  Ce qui justifie que le Burkina  Faso a perdu 0,09 points. Il y a un léger recul mais le Burkina reste dans une situation que l’on qualifie de plutôt bon. Concrètement, il y a des lois qui permettent aux journalistes d’exercer leur métier malgré qu’il y ait aussi des lois qui causent problème. Les actes et faits de certains, nuisent considérablement à la liberté de presse notamment les cas d’agression. De plus, il y a les conditions de travail des journalistes qui sont de plus en plus  précaires. A cela s’ajoute la question économique dans son ensemble avec la précarité de l’entreprise de presse et de nombreuses faiblesses qui nuisent la liberté de la presse. »

 Arnaud Ouédraogo, journaliste

mt-lp-6-mec

« Le Burkina Faso est à la place qu’il mérite même s’il faut se féliciter de cette place il y a une marge de progression possible.  On peut toujours faire mieux. Quand on regarde ce qui s’est passé en 2020, il y a des situations qui ont contribué à ce que le Burkina n’ait pas un meilleur classement  qu’aujourd’hui. En se basant sur la déclaration du 3 mai 2021, il y a un certain nombre de cas de violation des droits de journalistes. Toujours est-il qu’il faut se féliciter du travail qui est fait par l’ensemble des acteurs, journalistes comme autorités. Il faut assainir le milieu, certains médias ne respectent pas leur devoir. La déclaration du 3 mai 2021, appelle à des  états généraux de la presse au Burkina ; c’est ce qu’il faut pour réussir ce combat de la liberté de la presse, réussir  le combat pour le professionnalisme des médias burkinabè. »

 

 

Salamata NIKIEMA

Infobf.net

  

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.