Caravane de presse : Le Réseau des journalistes et communicateurs pour la promotion du genre, sur les réalisations du Projet « Neer-Tamba » Spécial

samedi, 02 janvier 2021 10:38 Écrit par  Salamata NIKIEMA/ Infobf.net Publié dans Société

En collaboration avec le Réseau des journalistes et communicateurs pour la promotion du genre (RJPG), le Projet « Neer-Tamba » a organisé une caravane de presse dans deux villes du Burkina Faso, Ouahigouya et Kaya. L’objectif de cette sortie presse était de communiquer sur la prise en compte du genre dans les réalisations du projet, dans les régions du Nord et du Centre-Nord.

Débutée le lundi 28 décembre 2020 pour deux jours,  la caravane de presse sur le projet Neer-Tamba a d’abord déposé ses valises dans la ville de Ouahigouya. Les journalistes membres du RJPG ont eu droit à une présentation des réalisations, du ciblage des bénéficiaires, les difficultés dans la mise en œuvre des activités et les perspectives du Projet Neer-Tamba.

Pour ce faire, David Ouédraogo, chargé de l’animation et de la communication du projet à la Chambre d’agriculture du Nord a fait noté que le projet agit en droite ligne avec ses différentes composantes que sont entre autre les aménagements des bas-fonds, des périmètres maraîchers et les appuis aux producteurs dans les différentes productions et ce, dans le but d’améliorer les conditions de vie des populations et lutter contre la pauvreté.

neer-2              David Ouédraogo, chargé de l’animation et de la communication du Projet Neer-Tamba

Après 6 ans de mise en œuvre sur 8 ans, David Ouédraogo estime que les résultats sont tangibles. En effet, plus de 1600 microprojets ont été financés ainsi que plus de 400 plans de développements d’entreprises. Aussi, on note plus de 500 hectares de bas-fonds aménagés et l’alphabétisation de 3000 personnes, toute chose qui donne motif de satisfaction aux acteurs.

Dans le nord, les journalistes ont visité des unités de transformations qui ont bénéficié de l’accompagnement du Projet Neer-Tamba notamment l’Unité de production Groupement Sidlawendé et la Coopérative femme solidaire. A l’Unité de production Groupement Sidlawendé qui compte 120 femmes et deux hommes, l’on produit de la farine infantile. Cette unité a obtenu la somme de 2 millions Fcfa auprès du Projet Neer-Tamba.

neer-3Sarata Sawadogo (Groupement Sid-la-Wendé) et   Sowwado Zoundi/Ouédraogo (Coopérative femmes solidaires)

Grace à leur travail explique Sarata Sawadogo du Groupement Sid-la-Wendé, elles perçoivent chacune 30 000f à la fin du mois, ce qui permet aux femmes de pouvoir subvenir à leurs besoins. Quant-a Sowwado Zoundi/Ouédraogo, responsable de la Coopérative femmes solidaires, l’appui que leur a apporté le Projet Neer-Tamba est inestimable et leur a permis de réaliser plusieurs activités au profit des femmes.

Cette coopérative qui compte 18 membres a bénéficié en 2017 d’un montant d’un million de Fcfa du Projet Neer-Tamba, pour la réalisation de leurs activités de transformation des produits forestiers non ligneux. Au deuxième jour de la caravane, le cap a été mis sur la ville de Kaya dans le Centre-Nord, où les journalistes ont rencontré deux bénéficiaires du Projet Neer-Tamba.

neer-4   Koumbou Ouédraogo/Sawadogo (Coopérative simplifiée Laafi-la-Boumbou et Bassirou  (vendeur de poulets)

La Coopérative simplifiée Laafi-la-Boumbou dirigée par madame Koumbou Ouédraogo/Sawadogo a pour activité principale, depuis 2013, la transformation du fruit du baobab. Elle a eu un financement et un appui en matériel au près du Projet.  «Nous accompagner avec de l’équipement de transformations de produits agroalimentaire tels que les capsuleurs ; une table et deux presses à fruit », affirme madame Koumbou Ouédraogo/Sawadogo.

Le jeune Bassirou est un tout autre registre. Vendeur de poulet depuis 4 ans, il explique : «j’ai commencé avec mes propres fonds avant de bénéficier de l’accompagnent du Projet Neer-Tamba en 2019, avec 500 000f. Cela a été possible grâce à un projet que j’ai déposé et j’ai été retenu ». Grace au projet selon ses propos, il arrive à fructifier son commerce donc à améliorer ses conditions de vie et de travail. Le genre est un sujet transversal au niveau du fonds de développement agricole, explique Souleymane Paré. Pour le responsable genre et ciblage du portefeuille au Burkina Faso, après 6 ans de mise en œuvre du Projet, les résultats sont satisfaisants et les populations aussi peuvent témoigner de la réalisation de ce projet.

neer-5               Souleymane Paré, du FIDA  

« Il y a un impact réel du Projet sur les ménages et les personnes vulnérables », indique Souleymane Paré. Pour lui, le ciblage de ces personnes a été fait avec l’ensemble des acteurs et a été possible grâce au document de stratégie en ciblage élaboré pour ce faire.

Au terme de cette tournée, les membres du réseau qui ont touché du doigt ces réalisations et toutes les actions terrain du Projet  Neer-Tamba se sont donné pour mission d’informer l’opinion sur ces actions. Des mesures sont prises pour intégrer le genre dans le ciblage des bénéficiaires du Projet et cela est bien perceptible sur le terrain.

 

Salamata NIKIEMA

Infobf.net

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.