Élection à la tête de la CENI : L’opposition politique menace de ne pas siéger si(...)  Spécial

mercredi, 14 juillet 2021 16:32 Écrit par  Achille ZIGANI / Infobf.net Publié dans Politique

Suite à la sortie du ministre en charge de l'Administration territoriale, Clément P. Sawadogo le mardi 13 juillet 2021 relativement sur la probable candidature de Bonaventure Dimsongdo Ouédraogo présenti pour être président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le chef de file de l’opposition politique est encore monté en créneau. Pour cela, le CFOP a animé un point de presse le mercredi 14 juillet 2021 à son siège à Ouagadougou. Objectif est de manifester son opposition catégorique à la candidature de ce chef coutumier, par ailleurs militant du parti au pouvoir, le MPP, selon le CFOP.

« L’opposition politique ne saurait cautionner la présence d’une telle personnalité, politiquement engagée et manifestement partisane. Ce qui remet en cause le principe d’indépendance et d’impartialité de l’organe chargé de l’organisation des élections, fruit d’une haute lutte de tous les démocrates burkinabè, consacré par les instruments législatifs internationaux et nationaux », a déclaré le porte-parole du CFOP, Alain Zoubga.

Il poursuit en indiquant que tout autre représentant de la société civile qui sera reconnu partisan, choisi parmi les cinq membres connaitra le même sort que Bonaventure Dimsongdo Ouédraogo. C’est pourquoi, l’opposition politique appelle à la mise en place d’une CENI consensuelle  et impartiale.  Tout en soulignant qu’elle prend acte du report du vote pour le 15 juillet prochain, elle invite la chefferie coutumière à reconsidérer la désignation de son représentant en tant qu’élément de la société civile en vue de préserver leur neutralité et leur impartialité, au cas contraire, elle ne siègera pas dans cette CENI.

L'oppostion dit avoir toutes les preuves indiquant que Bonaventure Ouédraogo a battu campagne pour le MPP lors de la présidentielle de 2020. Ainsi, elle met en garde le gouvernement contre la mise en place au forceps d’une administration électorale qui n’obéit pas aux principes de l’indépendance. Une telle chose, a soutenu Alain Zougba, est susceptible de créer une crise institutionnelle à la limite et est source de menaces de la stabilité et de la paix nationale.

Les conférenciers ont également déploré les manœuvres de « diabolisation des actes républicains du CFOP, orchestrés par la  majorité ». Le CFOP interpelle alors le MPP et ses alliés à faire preuve de "sens de responsabilité" afin de ne pas détériorer le climat social et politique.

« Pas de bras de fer avec la chefferie coutumière »

Face aux questions des hommes et femmes de médias, Alain Zoubga a retorqué que le CFOP ne met pas en cause cette composante de la société civile, mais réaffirme son refus vis-à-vis de leur candidat qui s’est politiquement affiché comme un militant du parti au pouvoir. « Nous ne serions jamais contre la chefferie coutumière qui est une société civile, pourtant une société civile est apolitique », a-t-il lancé. Selon Achille Tapsoba du CDP, le ministre de l'administration territoriale Clément Sawadogo, sait bien les conditions qui ont prévalu à la création de la CENI.  Il rappelle que la présente commission fut créé en vue de contester et de récuser l’organisation partisane des élections au Burkina Faso. Ainsi, les OSC comme la troisième composante dans les instances dirigeantes de la CENI, c'est comme une force d’interposition entre les deux autres partisanes que sont l’opposition et la majorité.  Et Achille Tapsoba de renchérir : « si toutefois, il y a une crise à la CENI et que le président de la CENI est issu de la majorité, en quoi pouvons-nous garantir son indépendance ? »  Sur l’accusation d’activisme politique du commissaire de l’ADF/ RDA, il a répondu que l’élément en question est mandaté par un parti politique. « Dès lors, il cesse de faire de la politique selon les règles prescrites. Mais, c’est une aberration d’envoyer un politicien et vouloir l’interdire de le faire. C’est du ridicule politique », s’est offusqué Achille Tapsoba.  De la question du dialogue politique, le CFOP souligne qu’il faut faire valoir l’esprit républicain, tout en mentionnant que l’opposition comme la majorité partagent « quelque chose de commun qui est le Burkina Faso ».  Achille ZIGANI Infobf.net

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.