Vernissage : Stéphane Bationo explique « La vie au Sahel », à Napam Béogo Spécial

samedi, 20 juin 2020 18:20 Écrit par  Achille ZIGANI / Infobf.net Publié dans Culture

Le Centre Napam Béogo accueille du 18 au 27 juin 2020 une exposition du photographe Stéphane Bationo, une œuvre baptisée « La vie au Sahel ». La cérémonie d'ouverture a eu lieu le vendredi 18 juin 2020 à Ouagadougou.

Il a fait de la photographie, une passion. Et avec cette passion qui a grandi au fil des années, Stéphane Bationo fait de la photographie son outil de sensibilisation à travers lequel il passe des messages aux populations.

Ici à Napam Béogo, l’heure est à l’exposition de ses photos sur « la vie au Sahel », une compil d’images prises dans des situations différentes mais exprimant chacun une situation bien donnée de ce que peut être la vie dans les zones sahéliennes.

« C’est une exposition d'une vingtaine d’images des personnes, prises à Dori et à Tambao », indique Stéphane Bationo. Il a laissé entendre qu'elles ont été prises entre 2014 à 2017. L'idée de ces photographies, a-t-il confié, consiste à lever le mystère sur la vie quotidienne des populations dans ces milieux sahéliens. De nombreuses personnes ignorent leurs modes de vies, « ces photos ont pour but de dissiper la peur entretenus à leur endroit », a-t-il fait savoir.

vernisage-2             Des visiteurs admirent « La vie au Sahel »

Les habitants de ces zones sont le plus souvent voilés et beaucoup de personne ne savent pas pourquoi, l’exposant explique. Au sahel, dit-il, il ya beaucoup de vent. C’est pourquoi, les résidents portent le voile pour tout simplement se protéger, a–t-il fait savoir. Pour lui, la symbolique du turban apparait comme une parure de protection.

Mais, il dit avoir eu des difficultés à réaliser ces photos parceque l’approche était difficile. Il y en a qui ne veulent pas s’exprimer en public.

Stéphane Bationo s'est appesanti sur les habitats qui sont typiques à la région, des maisons dont l’architecture est faite pour se protéger de la chaleur. Dans ses explications, l’usage des tôles ne servirait pas mieux que la paille comme toiture.

L’artiste a fait le choix de tirer ses images en couleur noire et blanc, pour lui, c'est une représentation du passé. Il a confié que dans une exposition, sa préférence est le noir et blanc. "C'est un choix mais aussi une tendance actuelle dans la plupart des grandes expositions", a-t-il conclu.

 

Achille ZIGANI

Infobf.net

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.