Mairie de Ouagadougou : La crise entre le maire et les ouvriers municipaux persiste Spécial

mercredi, 21 avril 2021 20:37 Écrit par  Sibila DABILGOU/Infobf.net Publié dans Société

Les 400 ouvriers qui travaillent pour le compte de la Mairie de Ouagadougou manifestent de nouveau leur mécontentement face aux "agissements" du premier responsable de la Commune. Devant les hommes de médias, les ouvriers, par le biais de la Confédération syndicale burkinabè (CSB), ont exprimé une nécessité d’apporter des éclaircissements sur la sortie médiatique du maire Armand Béouindé le 18 avril dernier.

Lors d’une conférence de presse tenue ce mercredi 21 avril 2021 à Ouagadougou, les ouvriers de la mairie de Ouagadougou ont une fois de plus témoigné leur mécontentement face aux propos du maire Armand Roland Pierre Béouindé, stipulant que « les occasionnels ne sont pas des salariés ni des employés de la mairie centrale (…)» et qu’il n y a pas de contrat entre eux et la mairie et qu’en définitive le problème est réglé.

A noter que certains de ces ouvriers travaillaient déjà pour le compte de la mairie depuis 1995. En rappel, ces ouvriers à travers une marche organisée le mercredi 14 avril 2021, ont rencontré le maire Armand Béouindé, pour demander la régularisation de leurs arriérés de salaires. Rencontre à l’issu de laquelle le maire avait promis d’instruire qui de droit afin que soit étanché la soif de plus de 400 ouvriers et ce, dans un délai de 48 heures.

Promesses faites, promesses non tenues car jusque-là, aucun ouvrier n’est passé à la caisse, affirment les conférenciers. « Il y a 400 ouvriers qui sont officiellement reconnu par la CSB, si l’on considère que chacun nourri une famille d’au moins cinq personnes, il y a environ 2000 personnes qui sont directement impactés… », déplore Noufou Bamogo, porte-parole des ouvriers.

Après avoir cité une panoplie de textes nationaux et internationaux, sur lesquels peut s’appliquer le statut des ouvriers, Noufou Bamogo estime que c’est indigne de la part du maire de tenir de pareils propos sur un plateau de radio. Il estime que le maire « ne dit pas la vérité » à la population et pour cela, il l'invite à publier le rapport de la commission ad hoc mise en place par le Conseil municipale sur instruction du ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation.

En définitive, les indignés appellent le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré à accorder une oreille très attentives à leur cris de détresse, afin d’éviter un scénario regrettable.

 

Sibila DABILGOU

Infobf.net

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.