Décès lié au Coronavirus : 33 cas confirmés, voici comment inhumer un décès Spécial

jeudi, 19 mars 2020 17:26 Écrit par  Infobf.net Publié dans Société

Lors de la conférence de presse du gouvernement sur le coronavirus, ce jeudi 19 mars 2019, Pr Martial Ouédraogo, coordonnateur national de la réponse à la maladie, a indiqué que le Burkina Faso totalise 33 cas confirmés dont un décès, à la date du 18 mars 2020. Sur les 33 cas confirmés au Burkina Faso, Ouagadougou compte 31, la deuxième ville, Bobo-Dioulasso, compte un cas et la ville de Houndé enregistre un cas.

Pour éviter la propagation de la maladie, la cellule de riposte recommande qu’en cas de suspicion, il faut rester à la maison et appeler le numéro vert. « Malheureusement, il y a des gens qui se lèvent et se rendent dans les centres de santé », regrette Professeur Martial Ouédraogo. « Je comprends que c’est un réflexe de survie, mais il faut respecter les consignes », exhorte-t-il.

Et que faire lorsqu’une personne décède malheureusement du Covid19? Professeur Martial Ouédraogo invite à la prudence et donne des consignes : « en réalité, et cela est très important. En principe, la prise en charge d’un tel corps n’incombe plus à la famille.

Le corps doit être, lui-même, désinfecté et mis dans un sac approprié. Et le sac, lui- même, doit être désinfecté et mis dans un cercueil approprié. Et le cercueil, lui-même, désinfecté et sceller. Dans tout ce processus, il n’y a pas de place pour la famille. Le corps doit quitter l’hôpital, sans passer par la morgue, pour l’inhumation. En principe, les proches doivent rester à une distance respectable pour que le corps soit inhumé.

Les uns et les autres veulent s’occuper du mort, et cela est normal, mais il faut que les gens acceptent le principe. Parce que souvent, dans ce genre de situation, quand vous aller saluer, vous devenez un cas contact. Et les gens oublient cela. Ce sont des situations difficiles, mais on ne peut pas faire autrement.

Cela est même validé au niveau international. Dans notre système de prise en charge, tout le dispositif est prévu pour les cas malheureux ».

DCPM/ Ministère de la Communication et des relations avec le Parlement

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.